Lifestyle

À toi Seb, mon éternel meilleur ami,

Minuit vient de retentir depuis quelques minutes et ça y est nous sommes le 17 octobre 2017. Ça fait exactement 3 ans que tu t’es envolé pour les étoiles.

Quelle tragique nouvelle !

Je savais que la maladie te bouffer de plus en plus, mais j’avais encore un petit espoir. Celui de recevoir un appel en me disant que tu vas mieux et que tu vas pouvoir reprendre le cours de ta vie et réaliser tout les projets que tu avais.

Et puis j’ai reçu un appel, mais pas celui que j’attendais, celui que je redoutais tant. On m’annonce que tu t’es envolé a 17h et là pour moi le monde s’écroule. Certains penseront que ces mots sont exagérés et pourtant, c’est ce que j’ai ressenti.

Ce n’est pas possible, on ne peut pas arrêter de vivre à 24 ans ce n’est pas possible. 3 ans que ça s’est passé et je n’arrive pas à me faire à ton absence. J’ai tant attendu le coup de téléphone ou m’annoncerais que c’est une mauvaise blague et que tu es bien en vie. Aujourd’hui, j’attends encore et jamais je ne l’aurais.

Je m’en veux de ne pas t’avoir accompagné dans ces derniers instants de vie. J’aurais tellement aimé te tenir la main pour cette dernière épreuve. Et j’ai pas était la, mais put*** je m’en veux terriblement.

Sache que chaque jour, tu me manques tellement, je pense souvent à toi. Les seuls souvenirs que j’ai de notre amitié, c’est ceux qui sont dans ma tête et ton bracelet, car tu détestais les photos.

Notre dernière conversation résonne encore et encore dans ma tête. Tu me disais que jamais tu ne m’oublierais sache que moi non plus j’en suis incapable. Tu m’as répété que tu me laisser entre de bonnes-mains celle de mon chéri et qu’il sera me rendre heureuse et sera mon pilier quoi qu’il arrive et tu as eu raison sans lui, je ne sais pas si j’aurais pu me relever de ta disparition. Je me souviens des toute cette conversation et finalement, tu l’as senti que c’était la fin, tu étais en train de me dire adieu et moi j’étais tellement contente de t’entendre que je n’ai pas compris cet au-revoir. Si tu savais comment je m’en veux. J’avais tellement de choses à te dire avant ton départ.

Aujourd’hui, je t’écris cette lettre alors que tu fais parti des étoiles, mais j’ai besoin et envie de t’adresser ces mots. J’ai la gorge qui se serre et les larmes qui montent depuis le début des ces quelques mots.

Il y a toujours une odeur, une musique, un bruit, une image, un son et j’en passe qui me fait penser à toi.

J’aimerais que de la haut, tu sache que tu as et tu auras toujours cette place dans mon cœur. Jamais je ne pourrais te remplacer.

Une chose pour laquelle je suis contente, c’est que tu ne souffres plus de cette maladie qui te ronger au fil du temps. Mais pour moi, tu n’avais pas le droit de mourir si jeune ce n’est pas possible à 24 ans. Toi qui rêver de faire le tour du monde, tu n’auras pas cette chance et j’en veux énormément à la vie de t’avoir enlevé à tous tes rêves.

Pourquoi la vie est si négative ? Pourquoi elle décide d’enlever des gens si formidables que toi ?

Tu étais quelqu’un d’extraordinaire, tu respirer la joie de vivre, tu aimais tellement ce que tu faisais, tu avais toujours les bonnes paroles, tu te donner à fond dans ton association bref, tu étais quelqu’un d’unique. Et les gens comme toi ça devrais être intouchable, mais le cancer et les métastases en ont décider autrement.

J’aurais aimé que tu connaisses d’avantage l’homme que j’aime du plus profond de mon cœur, tu avais tellement de points en communs avec lui.

La vie est vraiment mal foutue.

Alors j’espère que de la haut tu es mieux, et que tu es un minimum fière de ce que j’accomplis chaque jour. En ce moment, je rêve de toi et à mon réveil la réalité me ramène à ton absence.

Je dois t’avouer que dés fois, j’ai l’impression de te sentir prés de moi, suis-je folle ou es-tu vraiment là ? Bonne question !

Je doute qu’un jour, tu lises ces mots, mais je veux que tu saches que tu me manques à en crever. Je fais la femme forte, mais je te jure à l’intérieur je brûlé de douleur.

N’oublie jamais que je t’aime…

 

12 thoughts on “À toi Seb, mon éternel meilleur ami,

  1. merci de nous avoir laissé lire cet article si personnel. Je suis sur que de la haut il veille sur toi, c’est ton ange gardien. Continue de croire en tes rêves il ne sera que fière de toi. La vie n’est pas toujours rose c’est bien dommage. Pleins de bisous une lectrice qui veut rester anonyme

  2. Hello la belle . C’est un magnifique message et texte qui m’a mis les larme aux yeux , ce message est très touchant et on ressent ta tristesse , tes mots qui sont sincères . Continue a avancer comme tu le fait en affrontant les soucis malgrés tout tien bon gros bisou . Magnifique article et bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*